Le Parrain

SigillumEtre parrain, n’est pas une décision qui se prend à la légère.
C’est s’investir, c’est être responsable des faits et gestes du nouvel entrant au sein de l’Ordre.
Un parrain doit transmettre à son filleul, l’aider à développer et exercer 3 facultés de l’esprit, de l’âme et du corps à savoir la Sagesse, la Force et la Beauté.
Ces trois vertus s’acquièrent sur un long chemin initiatique, jour après jour, avec beaucoup de volonté et de persévérance.
Développer sa nature « Templière », c’est s’ouvrir à l’autre, faire preuve de Tolérance, de Charité, d’Humilité, de Patience, et surtout confirmé sa Foi.
Non Nobis Domine Non Nobis Sed Nomini Tuo Da Gloriam (Non pour Nous, mais pour Toi, donne la Gloire Seigneur)
Notre devise doit animer le Chevalier, il doit s’amplifier et s’accomplir dans un esprit chrétien, fait de Foi, de Charité, d’Humanité.
Le parrain et son filleul créent un lien de « parenté spirituel ».
Mais il n’y a pas que le soutien spirituel, il y a aussi l’aspect humain, c’est un lien personnel d’affection et de fraternité.
Le parrain s’engage donc, personnellement dans le rôle spirituel et humain.

QUELQUES REGLES POUR UN CHEVALIER :
• Dans la mesure du possible, sois en bons termes avec ton prochain
• Sois dans la Vérité, à l’écoute de ton prochain
• Ne te compare à l’autre, il ne doit pas y avoir de rapport de force : chacun de nous, différent dans notre cursus intellectuel, peut apporter une pierre à l’édifice de l’Ordre
• Sois humble, ne te laisse pas envahir par une notion de pouvoir, d’un égo démesuré.
• Sois en paix avec Dieu et avec toi-même
• Nous sommes tous égaux au regard de Dieu, nous sommes ses enfants. Le Christ a dit : « Aimez vous les uns les autres comme Dieu vous aime »
• Etre chevalier, c’est chercher toute sa vie à faire grandir en nous la sagesse, sans obliger les autres d’en faire autant, au même rythme que nous. Chaque être fonctionne différemment, il faut autoriser son prochain à faire son chemin initiatique, à son rythme : l’aider mais respecter son mode de fonctionnement. La chevalerie n’est pas une méthode de vie rigide, elle doit se vivre dans un climat de Sérénité, et se partager sans mesure.
• Etre chevalier, c’est savoir se reconnaitre comme son Ami, mais aussi son Ennemi : il est important de se mettre de temps à autre sur la « sellette » de l’autocritique. Savoir reconnaitre ses valeurs, mais surtout ses défauts et ses lacunes, et mettre en marche un processus d’épuration.

Il n’y a pas de « recette » absolue dans la Chevalerie, elle doit se vivre dans son cœur, dans son corps, dans son esprit, le plus sereinement possible et en récolter les meilleurs aspects.
Il n’y a pas d’explications, elle se vit, elle se partage entre Frères et Sœurs.

Etre parrain n’est pas se mettre en valeur et « avoir une supériorité » sur son filleul, car se mettre à son service, c’est aussi apprendre de lui et nous remémorer les valeurs templières.
Ceci, concerne les devoirs et règles de l’Ordre dans sa généralité.

Maintenant, il serait souhaitable et logique que dans une Commanderie, le parrain transmette à son filleul toutes les règles rituelles dans le Temple : le rituel d’un chapitre, le décorum, mais aussi toutes les charges d’un chevalier au sein du Temple (Maitre de cérémonie, Chancelier Orateur, Chapelain, Gardien du Temple, Secrétariat, Hospitalier.)
C’est aussi, lui apprendre la Discipline, l’Ecoute – Etre assidu et participer activement dans les travaux.

ETRE CHEVALIER, C’EST VIVRE TEMPLIEREMENT DANS SON QUOTIDIEN, DANS SON EXISTENCE.
FRATERNITE AMOUR TOLERANCE ALTRUISME